Une coopération réussie avec nos homologues polonais

Université

Ces derniers jours, Krzysztof Morawski a pratiqué des opérations d’implantation cochléaire au département d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie de la tête et du cou de l’UD. Son activité a maintenant été reconnue par le recteur Zoltán Szilvássy qui lui a décerné le prix le plus prestigieux de l’université.

Krzysztof Morawski a posé sept implants cochléaires – des dispositifs médicaux électriques utilisés chez les personnes souffrant d’une grave déficience auditive et d’une perte d’audition confinant à la surdité – à trois enfants atteints d’une grave déficience auditive et à un adulte en deux jours au département d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie de la tête et du cou de l’université de Debrecen à la fin du mois de juin. Le plus jeune patient était âgé d’un an et demi et le plus âgé de 68 ans. Le professeur polonais a réalisé plus de 400 opérations de ce type au cours de sa carrière.

– Grâce aux travaux d’ingénierie, les implants sont de plus en plus perfectionnés et de plus en plus petits. Alors que dans les années 1950 et 1960, les patients portaient une boîte dans leur poche et des fils menant à leurs oreilles, aujourd’hui, ces dispositifs sont si petits que leur unité externe est presque invisible. Cela facilite considérablement la vie quotidienne et l’intégration sociale des patients. En outre, il est très important de souligner que si les anciens appareils amélioraient l’audition, les appareils actuels la restaurent parfaitement, ils sont donc beaucoup plus avancés techniquement qu’auparavant, a déclaré Krzysztof Morawski à hirek.unideb.hu.

L’appareil se compose d’une partie externe et d’une partie interne implantée. La partie externe est une combinaison d’un processeur vocal derrière l’oreille et d’un câble menant à l’antenne. La partie interne est un récepteur qui est placé chirurgicalement sous la peau. Le récepteur comporte également une électrode qui est introduite dans la cochlée. L’implant convertit les sons en signaux électriques qui mènent directement au nerf auditif. Il est ainsi possible de contourner les parties endommagées de l’oreille.

Le programme d’implantation cochléaire a été lancé à l’université de Debrecen en 2000. Depuis lors, environ 80 opérations de ce type ont été réalisées à la clinique. La coopération avec Oticon Medical, un distributeur de ces nouveaux types d’implants, a débuté en 2017. Les spécialistes polonais ont depuis réalisé plusieurs opérations chirurgicales à Debrecen dans le cadre de cette coopération.

– Notre travail conjoint est très efficace ; nous pouvons apprendre beaucoup des médecins polonais, car ils ont déjà réalisé des centaines d’opérations de ce type. La précision chirurgicale est très importante, car les millimètres comptent aussi ici, et le temps nécessaire pour réaliser l’opération, la durée de l’anesthésie de l’enfant, tout cela compte. Avec un chirurgien sûr de lui, les risques de complications sont également très faibles – a souligné Judit Szilvássy, directrice du département d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie de la tête et du cou de l’université de Debrecen.

Dans le même temps, le professeur associé de l’université de Debrecen a ajouté qu’un excellent travail chirurgical ne suffit pas dans le cas de l’implantation cochléaire, une équipe de plusieurs spécialistes travaillant pour une réussite commune. Le travail de l’audiologiste est important car il sélectionne le patient apte à subir l’intervention, puis l’otorhinolaryngologiste effectue les examens nécessaires et analyse les résultats. Après l’opération, le grand rôle d’un informaticien est de régler l’appareil, puis un éducateur spécialisé, l’orthophoniste, aide le patient à apprendre à parler.

Les implants cochléaires d’Oticon Medical sont principalement utilisés en Hongrie, à l’université de Debrecen. Ce sont les plus petits implants de ce type au monde.

– Avec cet implant, il n’est pas nécessaire de faire un lit osseux aussi profond que pour d’autres dispositifs similaires, car il est fixé au crâne avec une solution spéciale : l’utilisation d’une vis. En outre, il est important qu’il soit fabriqué dans un matériau très résistant, de sorte qu’il ne risque pas d’être endommagé pendant son utilisation. Une autre caractéristique spéciale est le mécanisme de production de la parole du processeur vocal, qui offre une expérience vocale très propre et spéciale, aidant ainsi efficacement les patients à apprendre à parler – a expliqué Arnold Nuber, directeur général du distributeur Mediszintech Audiológia Kft.

Le patient peut vivre pleinement sa vie avec l’implant, et même apprendre une langue étrangère ou la musique. La procédure ne dépend pas de l’âge, mais une oreille interne intacte est une condition importante. Un implant coûte 5 millions de forints, le coût total de l’opération étant financé par la sécurité sociale. La clinique de Debrecen réalise 15 opérations de ce type par an.

La directrice de l’établissement, Judit Szilvássy, travaille dans le domaine des implantations cochléaires depuis 1995, et a étudié dans plusieurs universités. Elle a obtenu son doctorat sur ce sujet à l’université de médecine de Szeged et a défendu son habilitation à l’université de Debrecen en 2013.

La reconnaissance du recteur au professeur polonais

Le recteur Zoltán Szilvássy a reconnu le travail de Krzysztof Morawski et sa contribution professionnelle exceptionnelle au travail de l’institution en lui décernant le prix le plus prestigieux de l’Université de Debrecen. Le chef de l’université a décerné au professeur polonais le prix PRO UNIVERSITATE DEBRECENIENSI 2000.

Le programme d’implant cochléaire est très spécial, car nous pouvons « remplacer » un organe sensoriel par un dispositif. Le professeur Krzysztof Morawski soutient continuellement le travail du département d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie de la tête et du cou de l’université de Debrecen grâce à sa technique chirurgicale spéciale, ses connaissances chirurgicales exceptionnelles, sa pratique professionnelle et son expérience. Nous espérons que les spécialistes de l’institution maîtriseront autant que possible son expertise – a souligné le recteur Zoltán Szilvássy.

Actuellement, la coopération est vaste et fructueuse dans le domaine de l’implantation cochléaire, mais, selon les plans, le travail conjoint avec les spécialistes polonais se poursuivra bientôt avec la pose d’implants du tronc cérébral et l’implication de neurochirurgiens.

 

hirek.unideb.hu

Bureau de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *