La Hongrie rejoint discrètement le groupe d’achat commun de vaccins de l’UE

National
Coronavirus

La Hongrie a choisi de réintégrer le troisième accord d’achat de vaccins de l’Union européenne avec Pfizer/BioNTech, a déclaré la Commission européenne à Euronews.

Cette décision est surprenante, car le gouvernement hongrois avait signalé en mai dernier qu’il ne voulait plus de vaccins dans le cadre du système d’achat commun de l’UE.

La nouvelle fait suite à l’approbation cette semaine par l’Agence européenne des médicaments (EMA) du vaccin de Pfizer pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, le seul approuvé jusqu’à présent pour les jeunes de cette tranche d’âge.

Vendredi, le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré, lors de son entretien hebdomadaire à la radio, que la vaccination des enfants pourrait commencer dès le 20 décembre, date à laquelle la première livraison de vaccins destinés aux 5-11 ans arrivera en Hongrie.

Bruxelles a prévenu que le fait de ne pas participer à son programme de vaccination signifierait ne pas recevoir le vaccin de Pfizer, ce qui aurait privé la Hongrie de toute dose approuvée pour les enfants de 5 à 11 ans dans un avenir proche.

Pfizer n’était « pas nécessaire » en mai

Le gouvernement hongrois était auparavant le seul pays de l’Union européenne à acheter des vaccins non occidentaux – le Sinopharm chinois et le Sputnik V russe.

En début d’année, Budapest a annoncé qu’elle se retirait complètement de tout nouvel achat de vaccins avec l’Union européenne, affirmant qu’elle disposait de suffisamment de stocks et que les prix pratiqués par Pfizer étaient, selon elle, « excessifs ».

Le dernier et troisième cycle d’achat de vaccins de l’UE s’est déroulé à peu près au même moment en mai, la Hongrie étant le seul membre de l’Union européenne à ne pas y participer.

Bruxelles a alors convenu avec Pfizer que les États membres recevraient 1,8 milliard de doses d’ici 2023.

Il s’agit en partie d’un flacon de vaccin spécifique mis au point pour les enfants, mais le paquet comprend également des doses modifiées pour les adultes afin de combattre les différents variants. Le gouvernement hongrois devait en être conscient en mai, lorsqu’il a dit non à la passation de marchés communs.

La Hongrie choisit finalement de participer

Euronews a contacté le porte-parole de la Commission européenne pour la santé, la sécurité alimentaire et les transports, Stefan De Keersmaecker, qui a déclaré : « Je confirme que la Hongrie a conclu le troisième contrat de fourniture de vaccins de l’Union européenne avec BioNTech/Pfizer. Pour plus de détails, je vous suggère de contacter les autorités hongroises. »

Selon des sources européennes, la Hongrie a demandé à réintégrer le système d’approvisionnement en vaccins en septembre. Cette demande a été approuvée par les autres États membres, qui doivent donner leur feu vert à de telles décisions lors du Conseil européen.

La Hongrie va donc enfin pouvoir recevoir des vaccins Pfizer/BioNtech. Bien que l’on ne sache pas exactement quelle est la quantité de la nouvelle commande.

Interrogé pour un commentaire, le service de presse hongrois du ministère des Ressources humaines a renvoyé Euronews au discours radiophonique hebdomadaire du Premier ministre Viktor Orbán.

 

 

euronews

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *