Debrecen serait plus agréable à vivre si le stationnement était plus cher et si l’accès au logement était plus équitable. Entretien avec Mihály Dombi, militant du mouvement Szikra à Debrecen

Local

À Debrecen, les familles nécessiteuses ont plus de mal à trouver un logement que celles qui pourraient le faire seules ou avec un peu d’aide dans les conditions du marché. Comment résoudre ce problème ? Et qu’en est-il des transports (de masse) tant décriés ? Mihály Dombi, membre de l’organisation à Debrecen, nous a appris que le mouvement Szikra appelait à des changements radicaux.

D’où vous est venue l’idée de rejoindre le mouvement Szikra et de faire de la question du logement une priorité ?

Je m’occupe de protection de l’environnement et de développement durable depuis environ 15 ans, et les connaissances que j’ai accumulées m’ont permis de constater que l’état du marché des capitaux, les mécanismes de redistribution, le système fiscal, etc. ont une grande influence sur la direction que prend le monde. Je cherchais des moyens d’influencer ce phénomène, pour lequel la science est limitée, et après divers documents populaires (qui ont également eu un impact limité sur la sensibilisation du public à la durabilité), j’ai découvert le mouvement Spark, qui était encore récent à l’époque. J’y ai reconnu les messages qui, selon moi, sont la seule façon de sortir de la dynamique d’un monde non durable. Je pense que la protection de l’environnement et la durabilité sont nécessairement des politiques de gauche. Szikra est le seul à les représenter authentiquement en Hongrie. Un avenir vert et la durabilité font partie des priorités du mouvement, nous sommes donc pratiquement faits l’un pour l’autre.

Comment avez-vous rejoint une organisation non gouvernementale ?

Je suis toujours actif dans la sphère civile, par exemple ici à Debrecen, je suis membre de l’une des plus grandes organisations civiles s’occupant des transports publics. Je pense que les canaux de communication, les outils professionnels et semi-professionnels et les institutions qui ne sont pas disponibles dans la sphère civile au niveau hongrois sont nécessaires à la transmission des messages. C’est la principale raison pour laquelle il s’est intéressé à la politique.

Avec quelles organisations et quels partis le mouvement Szikra coopère-t-il ?

Szikra est une initiative de Budapest et entretient donc des relations étroites avec les organisations de logement, de protection de l’environnement et de jeunesse de la capitale, mais nous essayons de construire de manière très consciente et organique. Nous sommes des utilisateurs actifs des résultats de la vie scientifique et de la sphère civile, nous les suivons, même s’il ne s’agit pas toujours de relations intensives et vivantes. Le Szikra Mozgalom n’est pas actuellement une organisation qui peut promettre un salut immédiat. Nous grandissons et nous nous développons, en gardant à l’esprit nos principes de base : durabilité, justice, solidarité.

Quelle serait la solution idéale pour résoudre les problèmes de logement à Debrecen ?

Fondamentalement, le problème de la ville est que l’état des logements sociaux et des appartements qui peuvent être loués bien en dessous du prix du marché est très mauvais. La plupart d’entre eux sont des appartements de plain-pied qui ne sont pas particulièrement attrayants du point de vue du consommateur, et si l’acheteur ou le locataire doit également dépenser de l’argent pour des rénovations (par exemple, le remplacement des fenêtres et des portes, qui est aujourd’hui un poste de dépense d’un million de dollars), c’est trop pour de nombreuses familles. 3 % des résidents hongrois en âge de travailler disposent de plus de 5 millions de HUF d’économies. Bien sûr, il est possible de contracter un prêt, mais ceux qui sont évincés du marché du logement basé sur le marché ne font pas partie des personnes les plus solvables. Même avec les taux d’intérêt actuels, cette solution n’est pas envisageable. Le Cívisház a déclaré qu’il y avait eu une sursouscription pour ces appels d’offres, mais étant donné qu’environ un tiers des appartements n’ont pas pu être loués, je suppose que la sursouscription s’appliquait aux propriétés bien situées et nécessitant des coûts de rénovation moindres. Bien que cela puisse avoir un effet de réduction des prix sur le marché, je crains que ces appartements n’aillent pas à ceux qui en ont réellement besoin, mais que ceux qui pourraient s’en sortir dans le segment du marché avec un peu d’aide profitent également de l’occasion.

Dans une situation idéale, la municipalité est activement présente sur le marché de l’immobilier, non pas en premier lieu avec la construction, mais avec la gestion du parc existant. Si l’on achète des appartements pour les louer ensuite, il y aurait un grand besoin d’une agence immobilière à Debrecen, qui serait une alternative attrayante même pour les personnes disposant d’un faible capital. La proportion d’appartements que la ville possède, mais qu’elle ne peut pas louer, est très élevée parce qu’ils sont en mauvais état. Nous pourrions les mettre à la disposition des personnes vraiment dans le besoin en éliminant les éléments concurrentiels du système. Il s’agit notamment du système d’appel d’offres ou, dans le cas d’un même classement, du paiement anticipé. Nous connaissons un candidat qui a payé trois ans de loyer à l’avance.

Lors de la conférence de presse, vous avez mentionné le système de Szeged comme un exemple à suivre.

Il y a de bons et de mauvais exemples. Le système de points en vigueur à Derecské, par exemple, est un système nettement élitiste, qui favorise les personnes que la ville souhaite voir s’installer dans la colonie. Politiquement, cela peut être un objectif, mais il faut alors admettre qu’il s’agit d’une compétition qui favorise les familles hautement qualifiées disposant d’importantes économies et d’un nombre raisonnable d’enfants.

D’un autre côté, nous pensons que le système de points de Szeged est une bonne solution, car ici le score le plus élevé est donné par le principe du besoin. Ce système offre des appartements rénovés – une véritable chance – d’obtenir un appartement dans cette ville pour les familles dont le sort est plus difficile, mais qui ont des revenus et la capacité de payer un loyer.

L’accent est mis sur la chance, et c’est pourquoi nous considérons que le système de Debrecen est inacceptable, car les familles à faibles revenus et vraiment dans le besoin ne peuvent pas rivaliser avec des candidats plus aisés dans de telles conditions.

Quels sont, selon vous, les problèmes de Debrecen en dehors du logement ?

Les problèmes de Debrecen sont très similaires, ils proviennent presque de la même source que les problèmes du monde capitaliste. Les problèmes de la suburbanisation, des transports et du marché du logement peuvent tous être liés à l’accumulation du capital et à l’environnement réglementaire qui la régit, c’est-à-dire à l’influence de la politique et des grandes organisations économiques.

Si nous voulons une ville verte, de bons transports et un environnement sain, nous devons amener les personnes très riches et très influentes à faire preuve de responsabilité à l’égard de la société. Cela peut se faire par différents moyens, mais nous ne pensons bien sûr qu’aux moyens démocratiques.

Quelle serait la solution pour améliorer les transports publics à Debrecen ?

Moins de voitures. 140 000 voitures circulent chaque jour sur les routes de la ville, et sans réduction de ce nombre, il n’est pas possible d’exploiter une infrastructure efficace de transports publics et de cyclisme. À Debrecen (et dans n’importe quelle ville), il est impossible de les faire cohabiter, car nos espaces sont tout simplement limités. L’horaire de la DKV est également difficile à respecter parce que les 140 000 voitures provoquent régulièrement des embouteillages dans la ville.

S’il n’était pas aussi facile de conduire et de se garer en ville, la suburbanisation ne serait pas aussi attrayante, mais il faut bien sûr ajouter que la propriété moyenne en ville ne s’achète pas avec le travail de deux vies. La ville doit faire sa part pour s’assurer que les appartements à Debrecen sont disponibles sur le marché de l’immobilier. Nous considérons également comme un objectif explicite que l’installation dans l’agglomération ne soit pas forcée.

Comment réduire le nombre de voitures ? En améliorant les transports publics ?

L’amélioration des transports publics, voire leur gratuité, n’a pas donné de résultats là où elle a été expérimentée. Les gens ne quitteront pas leur voiture, pour laquelle ils dépensent plus d’un million par an. Ce n’est pas avec des services d’autobus gratuits que l’on brisera cette tendance. L’avantage de la voiture est qu’elle est plus confortable, qu’elle permet de réduire le temps de trajet et qu’elle est facilement accessible. Ces trois facteurs doivent être modifiés simultanément. On ne peut pas dire que les vols de la DKV ne sont pas confortables. Toute la flotte a été remplacée et le tramway bleu est de plus en plus rare. Par contre, il y a un gros problème avec la durée du voyage, surtout avec les trains qui ne sont pas des backbones, qui fonctionnent avec un temps de suivi d’une demi-heure ou d’une heure. Qui peut planifier un tel voyage ? Le temps de trajet des transports publics ne diminuera pas tant qu’ils devront éviter ces 140 000 voitures dans la ville. Pour ce qui est de la disponibilité et de la rentabilité, je serais favorable à ce que le stationnement soit beaucoup plus cher à Debrecen. À Székesfehérvár, par exemple, le prix du stationnement horaire dans la zone intérieure est supérieur à 1 000 HUF. Des mesures sérieuses devraient être prises contre le stationnement sauvage – je considère qu’il est inacceptable que des personnes utilisent les espaces verts de la ville pour faire du P+R. En raison d’un vide juridique, la supervision de l’espace public ne peut pas prendre de mesures à leur encontre.

Pour l’instant, nous pouvons observer des processus opposés, il suffit de penser aux parents qui conduisent leurs enfants presque jusqu’à la porte de la salle de classe…

Il en est ainsi parce qu’ils le peuvent, la ville aide activement les parents dans ce domaine. La zone piétonne du centre-ville a été endommagée lorsque la voie “Kiss and Ride” a été autorisée pour les automobilistes à traverser la zone située derrière Kálvin tér. Cette voie n’est pas toujours utilisée comme elle le devrait. Prenons l’exemple de la piste cyclable créée il y a 15 ans devant l’école primaire Benedek Elek, qui est souvent utilisée comme parking. Bien que nous en ayons parlé à plusieurs reprises, la ville n’a pas les moyens d’empêcher cela. En Allemagne, par exemple, le libre choix de l’école n’existe pas, en partie pour cette raison (et pour éviter les inégalités).

Le bus scolaire serait-il une solution ?

Je ne pense pas que le bus scolaire soit justifié à Debrecen, il devrait plutôt être utilisé dans les zones moins peuplées. Nous avons plutôt besoin d’un système de transport public plus utilisable qui réponde à tous les besoins. En outre, le développement d’infrastructures cyclables serait également essentiel. Une famille devrait pouvoir se rendre à vélo en toute sécurité du Csapókert au centre-ville, par exemple.

 

– Sándor N. Nagy –

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *