L’OMS accorde une homologation d’urgence au vaccin chinois Sinovac

Global
Coronavirus

Alors que le monde est plongé dans la pandémie de coronavirus depuis plus d’un an, l’OMS recommande de répartir équitablement les vaccins entre les pays. S’ils sont d’une grande efficacité, leur déploiement doit encore s’accélérer pour espérer contrer le développement de variants néfastes.

Le Royaume-Uni, face au variant « Delta »

Le Royaume-uni a enregistré mardi une journée sans décès dû au Covid-19, une première depuis le 30 juillet 2020. Une bonne nouvelle, malgré la hausse des contaminations au variant Delta (3165 cas en 24 heures), qui a poussé les autorités britanniques à mettre sur pause le déconfinement dans une grande partie de l’Ecosse.

L’aéroport londonien d’Heathrow a par ailleurs rouvert son terminal 3, resté fermé pendant plus d’un an. Il servira à l’accueil des voyageurs en provenance des pays sur liste rouge, c’est à dire là où le Covid-19 et ses variants circulent largement.

Cette décision intervient après des critiques selon lesquelles, les passagers en provenance de pays à risque utilisaient le même hall d’arrivée que les autres, avec des files d’attente dans des conditions de promiscuité.

L’OMS homologue en urgence le vaccin Sinovac

Pour espérer vaincre le coronavirus, une « action mondiale » est nécessaire en vue d’assurer une distribution plus équitable des vaccins, ont averti mardi les chefs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

L’OMS a à cet égard dans le même temps accordé son homologation d’urgence au vaccin chinois Sinovac, qui peut ainsi intégrer le dispositif Covax de mise à disposition de sérums dans les pays défavorisés.

Mais, signe des difficultés dans ce domaine, parallèlement à la publication dans le quotidien The Washington Post de cet appel international aux dirigeants de la planète à un « nouvel engagement », on apprenait que l’Union européenne, le Royaume-Uni et le Japon avaient maintenu devant l’OMC leurs réserves quant à une éventuelle levée des brevets concernant ces vaccins.

Un point de vue que ne partage pas le groupe Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui continue de militer pour la suspension de ces titres de propriété.

Pandémie à deux vitesses

La directrice générale du FMI Kristalina Georgieva a mis en garde les pays riches contre une pandémie à deux vitesses, qui entraînerait « une reprise à deux vitesses, avec des conséquences négatives pour tous les pays ».

« Nos données montrent qu’à court terme, vacciner le monde est le moyen le plus efficace de stimuler la production mondiale. En d’autres termes, la politique vaccinale est une politique économique » a-t-elle souligné.

L’OMS, le Fonds Monétaire International et la Banque mondiale ont ainsi incité les pays les plus développés à financer la distribution des vaccins ; ce plan nécessite 50 milliards de dollars.

En Pologne, alors que le nombre d’infections quotidiennes continue de baisser, avec moins de 600 cas au cours des dernières 24 heures, le gouvernement a annoncé proposer la vaccination aux adolescents âgés de 12 à 15 ans. La Commission européenne a autorisé vendredi ces injections avec le vaccin de Pfizer/BioNTech.

 

fr.euronews.com

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *