Covid-19 : « le cri du désespoir » des médecins en Roumanie

Europe
Coronavirus

En Roumanie, face aux nombres de morts et à la saturation des hôpitaux, malgré les restrictions sanitaires, le collège des médecins de Bucarest, une ONG représentant les docteurs de la capitale, a écrit une lettre ouverte au pays, intitulée : « un cri de désespoir ».

Il affirme que le système médical a atteint ses limites et dénonce le faible taux de vaccination qui révèle un manque de confiance entre les docteurs et la population. 34% seulement des adultes sont complètement vaccinés en Roumanie.

Le gouvernement a appelé l’Union européenne à l’aide, du matériel, notamment de l’oxygène, devait arriver, et des patients envoyés en soins intensifs en Hongrie cette semaine.

La Lettonie, elle, se reconfine dès jeudi jusqu’au 15 novembre et remet en place un couvre-feu de 20h à 5h du matin. Les cafés, cinémas, théâtres et salles de concert sont fermés. Les restaurants ne peuvent plus que proposer des plats à emporter. Le pic de contamination quotidienne n’a en fait jamais été aussi élevé.

Au Royaume-Uni, les troisièmes doses commencent d’être injectées. Les nouvelles contaminations crèvent le plafond, près de 50 000 par jour. Le taux de vaccination est bon mais la protection de l’Astrazeneca s’amenuise, les gestes barrières ont été levés trop vite, en Angleterre notamment. Il n’y a pas non plus de Pass sanitaire. Toutes ces raisons expliqueraient la différence avec le nombre de contaminations en France qui tournent autour de 4 600 par jour.

Et puis si la campagne pour la troisième dose de vaccin anti-Covid commence de l’autre côté de la manche et dans l’hexagone, au Portugal, c’est un programme de double vaccination contre le coronavirus et la grippe qui a débuté. Les autorités sanitaires portugaises espèrent vacciner environ deux millions de personnes d’ici fin novembre.

 

 

fr.euronews.com

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *