Covid-19. La troisième dose de Pfizer pour les plus de 18 ans approuvée par le régulateur européen

Europe
Coronavirus

L’Agence européenne des médicaments préconise une troisième dose de Pfizer, au moins six mois après la deuxième. Elle craint que la protection contre le Covid-19 ne baisse après les premières injections.

Le régulateur européen a approuvé ce lundi 4 octobre l’administration d’une troisième dose du vaccin Pfizer/BioNTech pour les plus de 18 ans, craignant que la protection contre le Covid-19 ne baisse après les premières injections.

« Des doses de rappel de Comirnaty peuvent être envisagées pour les personnes âgées de 18 ans et plus, au moins six mois après la deuxième dose », a déclaré l’Agence européenne des médicaments (EMA) dans un communiqué, faisant référence au nom commercial du vaccin Pfizer.

« Les décisions concernant les troisièmes doses seront prises par les organismes de santé publique au niveau national », a indiqué l’EMA.

Une augmentation des anticorps avec la troisième dose

Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’EMA a « évalué des données pour Comirnaty montrant une augmentation des niveaux d’anticorps lorsqu’une troisième dose est administrée ».

« Le risque de maladies cardiaques inflammatoires ou d’autres effets secondaires très rares après un rappel n’est pas connu et est soigneusement surveillé », a ajouté l’EMA.

De rares cas de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, ont été signalés chez des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer, en particulier chez les jeunes hommes.

Une dose de rappel 28 jours après pour les immunodéprimés

L’Agence européenne des médicaments a également recommandé l’administration d’une dose de rappel d’un vaccin anti-Covid-19 à ARN messager au moins 28 jours après l’injection de la deuxième dose du schéma vaccinal initial chez les personnes sévèrement immunodéprimées, comme les patients ayant reçu une greffe.

« Bien qu’il n’y ait aucune preuve directe que la capacité de produire des anticorps chez ces patients protège contre le Covid-19, on s’attend à ce que la dose supplémentaire augmente la protection au moins chez certains patients », a déclaré l’EM

L’EMA poursuit l’analyse des données sur la pertinence éventuelle d’un rappel avec le vaccin de Moderna.

 

 

ouest-france.fr

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *