COVID-19: le Conseil approuve des conclusions concernant l’incidence de la pandémie sur la sécurité intérieure et sur la menace terroriste

Europe

Le Conseil a approuvé deux séries de conclusions concernant l’incidence de la pandémie, d’une part, sur la sécurité intérieure et, d’autre part, sur la menace que représentent le terrorisme et l’extrémisme violent.

Sécurité intérieure

Les conclusions constatent que la crise a fait peser des menaces et des défis imprévisibles sur le paysage de la sécurité intérieure. Insistant sur une meilleure utilisation des moyens de coopération existants et s’appuyant sur les structures établies, le Conseil:

– encourage les États membres à recenser des solutions pratiques destinées à prévenir les obstacles à une coopération stratégique, opérationnelle et tactique transfrontière en matière répressive;

– souligne la nécessité de prévenir l’infiltration de réseaux criminels dans la mise en œuvre de Next Generation EU;

– encourage la CEPOL (Agence de l’UE pour la formation des services répressifs) et les États membres à élaborer des formations et des exercices pratiques fondés sur des scénarios afin de veiller à la préparation et à la résilience face aux pandémies et autres crises à venir;

– souligne la nécessité pour la Commission d’aider Europol ainsi que le laboratoire de l’innovation à mettre en place un instrument commun, résilient, et sécurisé pour les outils de communication dans le cadre de la coopération de l’UE en matière répressive;

– recommande aux États membres d’élaborer et de promouvoir des campagnes de sensibilisation à l’intention de leurs citoyens, afin de prévenir les conséquences négatives des activités de cybercriminalité ainsi que la mésinformation et les discours de haine;

– encourage les États membres à mettre en commun leurs bonnes pratiques sur les stratégies qui améliorent les canaux de signalement à l’intention des victimes de la criminalité, par exemple en cas de violence domestique et d’abus sexuels, lors de situations de confinement et de crise.

Terrorisme et extrémisme violent

Jusqu’à présent, l’incidence de la pandémie de COVID-19 sur la menace terroriste semble avoir été limitée. Toutefois, la pandémie prolongée peut aggraver les vulnérabilités des États membres et les risques de radicalisation. La présence en ligne de groupes extrémistes est en augmentation depuis l’apparition de la pandémie de COVID-19. En raison de la COVID-19, les autorités antiterroristes ont dû s’appuyer de plus en plus sur les capacités en ligne, ce qui a compliqué leur travail.

À moyen et à long terme, la pandémie et ses conséquences socioéconomiques peuvent s’avérer être un terreau propice aux discours extrémistes. Certains groupes extrémistes (violents) d’extrême gauche, d’extrême droite et islamistes ont déjà intégré la COVID-19 dans leurs discours, ce qui pourrait poser des problèmes de sécurité à moyen et à long terme.

Compte tenu de ces éléments, les conclusions:

– appellent les les États membres à contribuer en permanence à l’évaluation de la dimension en ligne de la menace terroriste en fournissant des informations aux organes compétents de l’UE. L’INTCEN (Centre de situation et du renseignement de l’UE) et Europol devraient continuer d’approfondir leur évaluation de l’impact de la pandémie sur les opérations terroristes;

– invitent les États membres à donner rapidement effet au règlement visant à lutter contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne, et invitent la Commission et l’unité de l’UE chargée du signalement des contenus sur Internet à apporter un soutien grâce à leur expertise technique et opérationnelle;

– soulignent que l’influence des algorithmes et leur rôle dans la promotion de la radicalisation sont un autre point essentiel qui mérite une attention particulière;

– notent qu’il convient d’accorder une attention accrue aux risques émergents pour la sécurité, ainsi qu’aux possibilités offertes par les nouvelles technologies et soulignent le rôle du pôle d’innovation de l’UE;

– soulignent qu’il est de la plus haute importance de continuer à développer des systèmes et canaux de vidéoconférence sûrs pour l’échange des informations classifiées.

 

consilium.europa.eu

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *